Mettre aux normes une installation électrique vétuste

Mettre aux normes une installation électrique vétuste ?

En France, on recense 250 000 incendies domestiques chaque année, dont 80 000 sont causés par des problèmes électriques. Des études récentes ont aussi montré qu’environ un quart des habitations françaises sont équipées d’une installation ancienne, souvent jugée dangereuse. Compte tenu de tous ces chiffres alarmants, le gouvernement a renforcé les normes de sécurité en matière d’installation électrique pour prévenir les risques d’incendie, ou dans le pire des cas d’électrocution. Voici les points essentiels à retenir pour renforcer votre sécurité et celle des personnes habitant dans votre logement.

Installation électrique : les normes à respecter 

D’une règle générale, un bien immobilier de plus de 20 ans d’existence n’est plus aux normes. Certains sont même considérés comme très dangereux. Les principales anomalies constatées fréquemment, en maison comme en appartement, concernent :

  • L’absence de mise à la terre
  • La présence de : matériel vétuste ou inadapté à l’usage, fils électriques gainés de tissus 
  • Le non-respect des règles de sécurité dans les salles d’eau : cuisine, salles de bains. 

Aussi, l’Observatoire nationale de la sécurité des installations électriques estime que près de 40 % des habitations sont dotés de disjoncteurs ou fusibles inadaptés et on en passe…

Pour réduire les risques d’accidents et surtout d’incendies, chaque logement doit disposer d’au moins :

  • Un interrupteur général facile à accéder : il s’agit d’une console générale de commande et de protection installée près du tableau électrique
  • Un dispositif de protection contre les surintensités
  • Un disjoncteur différentiel de sensibilité adapté aux conditions de mise à la terre

En revanche, il est vivement recommandé de remplacer les équipements vétustes et dépourvus de protection isolante. Quant aux salles d’eau, elles doivent respecter les normes de sécurité en vigueur, notamment la liaison équipotentielle. 

Propriétaire-bailleur : les obligations pour l’installation électrique

Dans le cadre d’une location ou vente immobilière, tout propriétaire est tenu d’assurer la sécurité du locataire ou de l’acquéreur. 

En cas de location

Pour l’installation électrique, le bailleur doit respecter les conditions minimales de confort et d’habitabilité ainsi que les caractéristiques du logement décent suivant les décrets respectifs n° 87-149 du 6 mars 1987 et n° 2002-120 du 30 janvier 2002. 

Ces textes mentionnent clairement que toute habitation doit être dotée de branchements et réseaux électriques en bon état de fonctionnement et d’usage avec une alimentation correspondant aux besoins normaux des occupants. 

En effet, l’installation doit garantir un meilleur éclairage de toutes les pièces et des accès ainsi que le bon fonctionnement de l’ensemble des appareils ménagers indispensables au quotidien des occupants.

En cas de vente

Depuis le 1er janvier 2009, la vente d’une habitation de plus de 15 ans est soumise à une réglementation stricte. Ainsi, le vendeur est tenu de fournir obligatoirement un diagnostic technique de son installation électrique à l’acquéreur. Cette opération doit être réalisée par un professionnel agréé qui établira par la suite une liste des éventuelles anomalies avec une description complète des risques encourus. À noter que seuls les documents de moins de 3 ans sont valables.

Pour terminer, si vous jugez que votre bien immobilier n’est pas aux normes, il sera toujours possible de se faire installer un dispositif différentiel pour renforcer la protection de l’ensemble de l’installation. Il faudra également changer tous les matériels ou appareillages usés : fils, interrupteurs, prises de courant… Attention toutefois à surcharger votre installation.

Nous pouvons vous faire un devis pour tout les travaux électrique de mise aux normes